Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’interviewer Caroline Gauthier. Elle va vous raconter son histoire et nous verrons ensemble, comment REUSSIR sur Facebook en partant de 0 et SANS connaissances.


Vous souhaitez Plus de Ventes ?
Vous voulez Automatiser Vos Ventes ?
Vous voulez doubler votre Chiffre d’Affaires ?

Alors Cliquez ci-dessous pour découvrir en avant-première mes meilleurs conseils pour Booster votre business.

Découvrez quotidiennement des citations et réflexions inspirantes pour vous motiver et vous aider à sortir de votre zone de confort.
Suivez-moi sur Instagram : https://www.instagram.com/franck_rocca/

Retranscription de la vidéo :

Hello et bienvenue dans votre émission quotidienne : « Trafic illimité, boostez vos ventes et augmentez votre retour sur investissement » avec tous mes conseils, Facebook marketing et web marketing.
Alors, aujourd’hui, c’est une thématique un petit peu différente. Je vous en avais parlé dans une ancienne émission. Et aujourd’hui, je reçois en fait, Caroline Gauthier. Elle va se présenter dans quelques instants. C’est une nouvelle étudiante dans la première université, donc, Facebook marketing que j’ai lancé en novembre dernier. Et je vais, vous la présenter parce qu’elle a, je pense, énormément de choses à vous apporter dans sa thématique.
C’est donc une entrepreneure à succès, avec un succès assez rapide qui vient donc, sur l’internet, sur la niche de l’entreprenariat du marketing digital.
Donc, sans plus tarder, je vous présente : bonjour et merci à toi, de nous retrouver ici, Caroline.
Caroline :
Bonjour Franck, je suis ravie d’être là, voilà, avec toi !
Franck Rocca :
Alors, justement, pour que nos auditeurs en fait, sachent qui tu es, est-ce que tu pourrais donc, en une minute, te décrire : qui es-tu, quel est ton parcours et qu’est-ce que tu fais ?
Caroline :
Et oui, donc, je suis Caroline Gauthier. Je suis … Alors, j’ai vécu en fait, quelque chose d’un peu particulier. J’ai vécu une crise sans précédent qui m’a remise en fait, en lien avec ma nature profonde. Je m’étais un peu égarée. J’ai été vraiment dans le cerveau et il y a quelque chose qui est venu me chercher et qui en fait, a tout déconstruit que j’avais construit, il a mis vraiment le souk. J’ai vécu une crise. Et cette crise m’a mis en lien avec ma pépite, ma graine, et c’est de ce parcours-là dont j’ai envie de parler et donc, je parle là, en fait. Je parle que de cela dans tout ce que je fais.
Donc, tout cela, j’ai écrit en fait, un bouquin et un roman qui relate ce parcours. Cette crise en fait, qui en fait n’était que de l’amour, cette crise parce qu’elle m’a reconnectée avec mon vivant et ma nature, ma pêche, alors que je m’étais complètement, plantée. Et j’ai écrit ce livre. Et ce livre a fait un buzz en fait sur Amazone, il a … Alors, il a fait un buzz pas n’importe comment, il a fait grâce à Facebook.
Et c’est un peu pour cela que je fais de la formation parce que Facebook est vraiment un outil fabuleux. Je me suis mise à écrire des poèmes sur Facebook. Cela a fait buzz. Et j’ai eu des likes très vite. J’ai eu des likes, pour mon roman … Moi, j’ai eu des likes pour ces poèmes-là et puis, du coup, je me suis mise dans ce monde-là, du monde du marketing parce que je n’y connaissais absolument, rien. Je crée donc, une formation aussi qui explique ce guide pratique de comment être en lien avec sa graine, sa pépite et tout cela.
Et c’est comme cela que je suis venue vers toi, parce qu’au bout d’un moment, quand on fait du bidouillage, voilà, on se rend compte qu’on ne capitalise pas sur un truc qui est vraiment juste, géant. Et je me suis dit : « P. ! Je pique, pardon du mot, mais voilà, j’ai quelque chose à faire là, je l’ai senti. C’est un côté un peu intuitif que je peux avoir. Et voilà ! Donc, je ne sais pas si cela te va comme présentation ?
Franck Rocca :
Oui, mais c’est top, c’est la tienne en tout cas. Et c’est cela en fait, j’allais poser une question, mais tu l’as finalisée en fait, dans ta fin de discussion. Ou c’est cela. C’est en fait, tu ne viens pas du tout du net. Ce n’est pas … Sans te dénigrer, mais tu ne comprends pas ou tu ne savais pas trop comment cela s’imbriquait. Et là, voilà ! Donc, toi, simplement parce que tout le monde connaît Facebook. Tu as été dessus, tu as créé ta page. Tu as mis ton livre. Tu as mis deux, trois citations, deux, trois poèmes. Et tu as fait un buzz en quelques mois parce que rappelle-nous les chiffres. En trois mois, 12 000 likes, c’est cela ?
Caroline :
Confier 12 000 likes en fait, … Non, ce n’est pas en trois mois ! C’est en plus sur Facebook, cela fait trois mois qu’en fait, je mets des choses techniques derrière cela. Mais cela fait à peu près, 8 mois, vous voyez que je fais cela, j’ai 12 000 likes … Et j’ai beaucoup de partage et énormément de vue. Je suis hallucinée des fois, par le buzz de certains articles. Et c’est allé très, très vite. Donc, je me suis dit : « Mais, c’est hallucinant qu’on ne puisse pas se servir d’un truc pareil quand on a quelque chose à dire. ». Voilà et après, je me suis dit : bon, il faut quand même que je capitalise là-dessus parce que je vois qu’il y a des gens qui sont vraiment pros.
Et je me dis si j’ai fondé la forme, cela va faire que quelque chose qui va me permettre de multiplier cela et dégager surtout du chiffre d’affaires parce que c’est cela qui est intéressant aussi, quoi !
Franck Rocca :
C’est la beauté finale, c’est sûr : on a besoin d’argent pour vivre surtout dans la société d’aujourd’hui. Non, mais en tout cas, félicitations, déjà pour ton parcours assez rapide. Mais qui est comme cela qui monte en flèche. C’est vraiment assez extraordinaire. Moi, je connais ton chiffre d’affaires. On verra plus tard, si tu veux en parler. C’est quand même assez fou ce que tu as réussi à faire. Et puis en plus, apparemment, ton … Ce n’est pas apparemment, c’est des … C’est ce qui se passe avec ton livre est pratiquement best-seller de sa catégorie à côté de Paolo Queno. J’imagine aussi qu’il y a aussi Brandon ou je ne sais quoi, enfin les grands de ce monde. Donc, vraiment là-dessus, moi-même, je tape le disque. C’est énorme quand même rapidement surtout que voilà, quand on maitrise à la limite le marketing, je veux bien qu’on mette une part de ce marketing-là, alors que toi, tu ne maitrisais pas.
Et du coup, c’est vraiment toi, ton humain, c’est Caroline qui a fait que tu as réussi à monter. Donc, là-dessus, bravo !
Et justement, qui t’inspire, qui t’a inspirée. Ou si est-ce que tu as des modèles qui t’ont permis de devenir qui tu es. Ou c’est un mix de tout.
Caroline :
Mais en fait, j’ai un petit peu d’humour parce que j’ai une particularité parce que je crois que je suis schizophrène.
Franck Rocca :
Léger rire.
Caroline :
Dans le bon sens du terme, cela veut dire que je n’ai pas de potentialité. Et il y a un moment, je me dis : « P., mais je ne suis pas à ma place, parce qu’il y a un moment où j’arrive vraiment dans le désert à faire gling-gling avec la guitare en robe de bure et puis après, je vais me retrouver sur des gens qui faisaient du marketing avec des millions de dollars. Et j’ai dit : « Mais p., je … ». J’allais un peu partout et finalement, je suis inspirée par les gens qui sont à la croisée du chemin qui sont vraiment situés au centre, c’est à dire qui ont à la fois, des valeurs profondes de développement personnel et qui en même temps, font quelque chose. C’est-à-dire que c’est vraiment cela moi qui m’anime. Donc, je rentre en raisonnant que c’est avec ce type de personnes. Je sais quand même que c’est un type qui avait fait le … qui est dans le développement personnel, mais qui en même temps, fait quelque chose, mais voilà, avec une visibilité énorme.
Voilà, c’est vraiment cela, aujourd’hui. C’est là où je me situe quoi ! Je n’ai pas su répondre encore une fois.
Franck Rocca :
Si, mais de toute façon, voilà, en gros, c’était répondre. Voilà, c’est un mix et tout cela, je pense que moi aussi, c’est … Je n’ai pas un seul modèle, c’est plusieurs, c’est un mix de tout cela. On se retrouve, voilà, au centre, parce que c’est le même. Il faut ajuster notre touche, on va dire. Et justement, en fait, cela enchaîne sur la question suivante : pour toi, quelles sont les qualités d’un entrepreneur, en fait ? Alors, on va peut-être ajouter à succès. Mais pour toi, quelles sont ces qualités ?
Caroline :
Alors, je crois qu’il faut déjà, être complètement, en lien avec soi et avec ce qui nous anime, c’est-à-dire avec quelque chose qui résonne au niveau émotionnel. C’est-à-dire qu’il faut trouver l’élan. Il ne faut pas être dans le « Il faut ». Il ne faut pas être dans le « je dois ». Et cela demande un petit travail quand même d’être en lien avec sa vibration et trouver qui on est. Je pense que c’est le premier truc parce que si on se met à faire du marketing comme les autres et qu’on copie. Je pense que cela n’ira pas vraiment, loin. Il y a quelque chose qui doit vibrer et faire vibrer ceux qui nous écoutent. Et la vibration, elle vient du corps.
C’est vraiment une vibration inconsciente que cela se passe. Et ce n’est pas … Ce n’est pas … Oui, j’ai une recette.
Et la recette, elle sert que si on la met au service d’un élan qui nous a animé.
Franck Rocca :
D’accord !
Caroline :
Et il faut vraiment aller se mettre à cette connexion-là parce que c’est cela qui va faire waouh ! Donc, celle-là, elle parle de moi, en fait ! Il faut répondre à un besoin, aussi. Moi, je sais que je me suis écroulée, à un moment. Je suis descendue dans des trucs, des liens un peu profonds. Mais de là, j’en ai retiré une transformation. Et c’est cette transformation morale là, dont je parle. Donc, j’ai vraiment expérimenté cela. Et des gens le sentent, je pense.
Donc, voilà ! C’est vraiment cela moi, mon conseil. Et après, on met les techniques au service de cela. Et c’est ce qui va faire la confiance, je pense.
Franck Rocca :
Et c’est cela. Tu as vraiment mis le point dessus-là. C’est exactement, cela. C’est-ce que … Elle me dit là par exemple, dans cette émission que vous êtes en train de regarder, voilà, c’est quelque chose qu’il faut dire de l’humain. Il ne faut pas commencer à réfléchir trop technique, trop : « Je vais faire de l’argent avec cela, trop ci, trop cela ! ». C’est d’abord rester vous-même. C’est en gros avec mes mots puisque je suis moins dans la thématique. Voilà, c’est rester vous-mêmes, restez humain. N’essayez pas de chercher … Voilà, c’est … Comme je l’ai dit hier, dans une vidéo, c’est le fait est mieux que le parfait. C’est juste, voilà ! Faites ce que vous avez à faire, restez dans votre idée, vous avez vos inspirations et vos modèles.
Et voilà, par rapport à toi, c’est d’être en symbiose avec nous-mêmes déjà ! On ne pourra pas en fait, impacter le monde, si on n’est pas déjà nous-mêmes, je pense en adéquation avec notre intérieur quel qu’il soit. C’est exactement ce que tu viens de dire. Donc, là-dessus, voilà ! On se retrouve aussi … Et je pense que voilà, c’est pour cela que les entrepreneurs de toute façon, doivent être dans ce sens-là. On doit être à l’écoute des gens puisqu’on ne doit pas être, on va dire : « Je sais tout, c’est bon, toi, tu ne sais pas, tu es quoi, tu fais cela ! Non, non, cela ne m’intéresse pas ton truc ! ». Non, je pense qu’il faut être à l’écoute vraiment de tout le monde parce c’est de prendre un petit peu de chaque personne qui peut nous surélever vraiment à un niveau supérieur. Et c’est ce que tu viens de dire en parlant un petit peu plus dans la thématique du développement personnel. Donc, cela c’est vraiment assez intéressant comme conseil. J’espère que vous l’avez noté tout ce … C’est vous là qui nous regardez parce que je pense que c’est un des meilleurs conseils peut-être d’aujourd’hui ! Et justement peut-être, si encore, vous vous dites : « Oui, mais elle a peut-être de l’argent, elle a peut-être vendu une maison, un local qu’elle avait. Elle a réussi à démarrer grâce à cela. ». Donc, c’est cette question-là : « Avec combien d’euros, avec combien d’argent tu as démarré justement, cette nouvelle activité ? »
Caroline :
Et c’est redoutable parce que moi, dans ma crise, j’ai tout perdu. J’ai été licenciée. Il y avait des huissiers à la porte. Mais j’ai vraiment vécu la cata. J’explique dans le livre, d’ailleurs. Je me suis retrouvée dans une situation, mais, je ne considérais personne dans la vie. Mais en même temps, oui, parce que c’est cela en fait, qui m’a … J’ai eu besoin de rien juste de ce qui m’a fait vibrer à ce moment-là. Et en fait, je vais prendre un exemple parce que j’aime bien utiliser les symboles, en gros, moi, j’ai fabriqué des figues toute ma vie, alors, j’ai fait une graine de pomme.
Donc, forcément, j’ai lutté toute ma vie à essayer de faire ces figues en disant : « P., la figue, elle a l’air super. Sauf que moi, j’ai fait une graine de pomme ! ». Donc, l’univers, il a vraiment conspiré pour faire tomber ce figuier qui ne ressemblait à rien et dans lequel je l’ai pour juste me mettre en lien, avec ma graine de pomme, quoi. Et là, symboliquement, quand on touche cette graine-là, elle se trouve au fond de la terre, elle est enfouie. Elle est dans l’ombre. Et à cet endroit-là, voilà, j’ai été là quand j’ai démarré. Et au départ, cette graine, elle doit pousser les cailloux. Elle doit pousser la terre. Elle doit vraiment trouver une énergie, une discipline pour y aller. Donc, j’ai vraiment fait cela. Ce sont les 20 premiers pour cent ! Il faut pousser, il faut avoir de la pugnacité, de la discipline, des choses comme cela.
Et puis au bout d’un moment, il y a le soleil qui va aspirer cette graine et là, voilà, j’en suis là, aujourd’hui. Il y a un truc qui m’inspire. Toute la volonté que j’ai mise là, l’énergie, la pugnacité qui au départ, sont les 20 premiers pour cent, de baie, cela vient de moi, quoi, de ma force. Et ensuite, il y a quelque chose qui bouffe, qui vient nous tirer. On ne sait pas d’où cela vient.
Franck Rocca :
Eh oui !
Caroline :
Voilà, en gros, c’est un peu le parcours de ce pommier qui est en train de se créer, voilà, qui est l’art de la création en même temps.
Franck Rocca :
Ah, mais c’est cela en fait, de toute façon, les plus grandes réussites de ce monde : Elon Musk, Steve Jobs, Bill Gates, j’en passe et même Mark Zuckerberg ne croyaient pas qu’ils ont réussi comme cela. Hop ! Apple est né, hop, Facebook est né. Hop, Tesla est né. Là, je reviens juste sur Elon Musk. Justement donc, le créateur, en fait de PayPal pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, très rapidement, il a déjà créé une société. Il l’a vendue. Ensuite, il a créé PayPal puisque ce n’était pas assez. Il l’a revendu et il y a quelques années, je crois que c’est en 2007 ou 2008, il avait 120 000 millions de dollars. Il a dit : « Hop, je les mets sur la table, pour créer une fusée, qui va aller sur Mars ! ». Il n’y avait aucun rapport, aucun sens, etc. Tous les gens l’ont insulté et ont rigolé : « C’est bon, il a tout perdu. Machin ! ». Donc, il avait zéro euro et regardez, en 2016, il est redevenu encore au summum, de la planète. Il a créé donc, des batteries énormissimes pour le développement naturel de la planète, pour les maisons, la voiture Tesla qu’on connaît, son projet de fusée sur Mars, il est en train de toucher le but. Vraiment, c’est un homme qui impacte le monde dans pleines de choses. Alors que, voilà, il a réussi, il est retombé. Mais par sa volonté, en fait, c’est assez fou de voir des gens comme cela, si déjà pendant 15 ans, il n’était plus à la tête d’Apple. Enfin, c’est vraiment … Voilà, c’est … Ne croyez pas que cela arrive comme cela, et si jamais entre 20%, ce sont les 20% qui sont les plus difficiles à faire, c’est un peu pareil quand on dit : « C’est le premier pas qui est difficile à faire ». Et ensuite, les autres, cela déroule et on commence à accélérer et on sprinte. Et voilà, c’est … De toute façon, on le retrouve un peu, tous ces concepts-là. Dès qu’on va procrastiner pour refaire référence à une vidéo et une fois qu’on a atteint ce levier de … On arrête de se procrastiner, on se met à taffer, cela avance et cela déroule et là après, on s’arrête. Donc, énorme. Alors, on va revenir en fait sur ce qui t’a fait exploser et ce qui, je pense va te faire complètement, aller dans un … sur Mars. C’est donc, comment tu es venue l’idée de Facebook, en fait.
Caroline :
Je n’en sais rien du tout.
Franck Rocca :
Rire !
Caroline :
Enfin, rien du tout. Je voyais, j’avais un compte comme tout le monde quoi. Et puis, il y a eu une période où j’ai eu alors, une autre crise, parce que j’ai eu une série de crises comme cela où il n’y avait plus rien à faire à cause d’une nouvelle loi. Enfin, je ne rentrerai pas dans le détail. Mais je me suis mise à écrire mon livre. Et puis, les éditeurs, bien sûr, ils n’en voulaient pas comme d’habitude ! Donc, du coup, mais j’ai dit : « Bon, il faut que je fasse quelque chose ! Peut-être que je vais le mettre sur amazone ! ». Donc, en attendant, en fait que je mette tout cela en place ; j’ai dit : « Je vais créer une page pour essayer de parler de mon livre quoi ! ». Donc, je me suis mis sur Facebook, comme cela. Parce qu’en fait, je me suis auto-publié, il faut le dire. Donc, aujourd’hui, il y a des éditeurs qui viennent me chercher, mais c’est un peu tout bête quelque part parce que j’ai du mal à lâcher le pourcentage que je gagne en passant par amazone et ce qu’ils vont me verser eux. Du coup, là, je suis un peu … Je ne sais pas trop, mais bon, bref. Donc, voilà, j’ai … L’idée m’est venue en disant : mais il faut que je fasse la promo de ce livre puisque je me suis autorisé. Donc, j’ai commencé à faire des petits poèmes, des petits textes et de deux personnes. Il y a eu 300 personnes en une journée. Waouh !
Franck Rocca :
Ah ?
Caroline :
Et c’est comme cela que cela a pris, quoi ! Et c’est cela qui m’a permis en fait, de vendre le livre.
Franck Rocca :
Et voilà, Enfin, je ne sais pas si là, vous en face qui écoutez la vidéo, mais en tout cas, moi, tu m’impressionnes. Vraiment un beau succès, voilà, vraiment … Là, on peut le dire, tu partais de rien, déjà par rapport à ta crise, on va dire. Ensuite, après, tu partais de rien sur le net et en marketing. Et en quelques mois, tu arrives à voilà, comme je disais, dans mes référencements d’amazone, tu es auto publiée aujourd’hui. Ce sont les … Comment on appelle cela ? Pas les auteurs, les … Ceux qui te publient, les … Ceux qui te publient, comment on appelle cela déjà ? Les … C’est cela ? Et ceux qui viennent te chercher … Enfin, c’est juste fou quand on regarde vraiment 99% des gens qui écrivent des livres : c’est d’abord eux qui galèrent à aller chercher quelqu’un qui va pouvoir les publier. Et aujourd’hui, toi, c’est l’inverse. Donc, c’est fou quand même. On se retrouve en étant parti d’aucune connaissance. Donc, cela c’est vraiment énorme.
Et justement, par rapport à Facebook, donc, tu es toute nouvelle. Il y a quelques jours, tu nous as rejoints donc, dans la première université de Facebook marketing, donc, que j’ai lancée. On est déjà pas mal d’entrepreneurs dans beaucoup de thématiques. Donc, c’est tout nouveau, cela fait exactement, trois jours, quatre jours que tu nous as rejoints. Tu as participé à ton premier webinaire donc hebdomadaire, lundi soir. Donc, alors, qu’est-ce que tu peux nous en dire là, déjà de tes premiers pas, qu’est-ce que tu en penses ? Comment tu vois un petit peu l’université ?
Caroline :
Mais en fait là, cela fait trois jours que je me mange de la vidéo parce que c’est vraiment un manque du guique, mais c’est passionnant et c’est surtout, je suis en train de me rendre compte de la potentialité du truc parce que moi, j’ai fait cela en bidouillant. Et je vois qu’il y a vraiment une technique là à mettre au service de ce que j’ai fait. Voilà, il y a des segmentations avec le fait que je ne savais pas qu’on pouvait aller récupérer des gens qui étaient en train de visiter mon site pour pouvoir les remarquetter comme tu dis.
Alors, cela veut dire les re-cibler parce qu’il y a tout un langage. Je vais me relire parce que je ne comprends rien. Mais là, cela y est, je commence … Voilà, en trois jours, parce que quand je le veux, j’y vais. Et donc, qu’on pouvait vraiment enfin, éventuellement, faire des pubs ou vous ne perdez pas de l’argent en le faisant et cela ne partait pas n’importe où ! Et il y a vraiment une … Enfin moi, je suis impressionnée de mon côté par tout ce qu’on peut faire avec cela. Et la façon dont tu l’enseignes, d’ailleurs. Cela, c’est clair. Voilà, au départ, j’étais un peu perdue, mais quand on s’y met, on comprend et on comprend surtout la logique de la chose.
Franck Rocca :
Non, mais c’est cela. En fait, c’est cela ! Ce que je disais lundi soir, voilà, sur les premières et les points minus où voilà. Donc, tu es arrivée. Donc, on enchaîne avec les étudiants qui sont là depuis quelques mois. Et c’est vrai que oui, quand on arrive comme cela, en plus, voilà, on ne sait pas trop. Donc, les termes, moi, j’essaye de faire attention. Là, je pourrais vite regretter parce que je suis sur l’univers américain donc, anglophone. Donc, voilà, tu as target accessible. Mais après voilà, on a mis un lexique en place. J’essaye justement de soigner sur mon langage anglophone. Surtout que j’ai cela à inscrire, mais après, voilà, après, l’idée, c’est que vraiment, comme tu l’as dit on essaye. Après, qu’est-ce que … Parce que j’ai cru comprendre que tu étais à fond comme tu l’as dit. Et donc, justement tu as posé pas mal de questions. Où et comment cela se passe ? Est-ce que c’est rapide, est-ce que tu as la réponse à tes questions ?
Caroline :
Je trouve que la disponibilité est juste géante. Et puis aussi, le fait que tu es tout de suite, je ne sais pas, indisponible, humainement aussi. C’est vraiment une formation qui est interactive. Moi, pour le coup, j’en ai fait deux-là, récemment, sur le web marketing pour essayer justement de me mettre au goût du jour. Et enfin, je trouve que tu es vraiment en lien avec ces étudiants. Et cela fait vraiment, … C’est vraiment important. En trois jours-là, j’ai pu capter que tu étais là. Tu ne me laisses pas dans ma nature et cela, cela fait du bien aussi. Cela donne envie de rester quelque part. Voilà, c’est vraiment chouette.
Franck Rocca :
Bon, merci et à savoir pour ceux qui nous écoutaient, on n’a pas du tout préparé les questions, elle ne les connaît pas à l’avance. Même moi, je ne savais pas qu’elle allait me dire cela parce que, voilà, cela fait trois jours qu’elle est là. Même si dans le groupe privé dédié à l’université, je réponds à ses questions. Je ne pensais pas du tout qu’elle allait dire cela. Donc, voilà, donc, merci aussi de ce retour parce que c’est aussi important. C’est ce qui permet aussi d’évoluer, etc.
D’ailleurs, il y a une … Qu’est-ce que tu as pensé justement … ? , on va en venir comme cela. Qu’est-ce que tu as pensé justement, de la fin de partie en fait du webinaire qui est assez nouvelle. On va dire que cela fait un mois que j’ai ajouté cette petite option. Donc, l’influenceur en fait, du groupe, chaque semaine, il y a quelqu’un donc, qui passe en live. Donc, qu’est-ce que tu en as pensé ? Est-ce que tu aimerais être cette personne-là ?
Caroline :
Oui, parce que, je vois qu’en plus, cela permet de là où on poince tu apportes la solution dans la seconde, cela fait du bien. Et en plus, les gens qui sont là, en général, se posent un petit peu les mêmes questions parce qu’on en est tous plus ou moins au même point. Et donc, en faisant cela, tu résous aussi pas mal de problématiques. Donc, carrément, c’est juste bien. Et puis, il y a le replay qui est possible en plus. Donc, quand on est largué, on revient dessus. Il y a un PowerPoint qui est attaché en plus au webinaire qu’on peut faire défiler en même temps. Enfin, c’est vraiment bien fait, quoi. Donc, chapeau, quoi.
Franck Rocca :
Bon, c’est super.
Caroline :
Oui.
Franck Rocca :
Merci. Et donc, justement, même si cela ne fait que trois jours, mais tu l’as dit : tu vois déjà la potentialité avec peu d’engagements. Là, cela ne fait que trois jours et tu la vois déjà. Tu as déjà mis en place énormément de choses et même dans le groupe, les gens te félicitent de voilà, de tout ce que tu as mis en place rapidement. Justement, comment tu vois ton explosion par rapport à ce que tu as pu déjà faire, on va dire en mode traditionnel, basique, sans « rien connaître », et surtout, sans utiliser la publicité. Donc, là maintenant et qu’on va dire toutes les techniques qui ont fait ses preuves, comment tu te vois dans un mois, dans six mois et dans un an, grâce à Facebook ?
Caroline :
Ah, je vois que là, le fait que j’avais du fond, sur Facebook, qui a fait que j’ai créé le buzz sans la technique, cette technique-là, va, je pense, nous permettre de nous multiplier notamment parce que je vais me permettre un petit peu investir là, vraiment que l’argent commence à rentrer. Et le but de ta formation, c’est quand même d’avoir un retour sur investissement. Donc, voilà, certainement je n’ai pas investi. Donc, je me dis : si j’investis qu’est-ce que cela va faire ?
Donc, c’est vraiment quelque chose qui vient comme un support à ce que j’ai toujours … enfin, à ce que j’ai déjà fait.
Et dans ma symbolique toute à l’heure, dans l’arbre là, j’ai planté ma graine et elle commence à pousser. Et puis là, il y a vraiment le soleil qui vient m’inspirer quoi. Donc, je pense que j’en suis là et, voilà, je vais pouvoir créer des pommes qui nourrissent le monde en fait.
Franck Rocca :
Alors, si tu avais justement un conseil à nos auditeurs, à vous qui nous écoutez sur, voilà, si ils sont au démarrage de leur activité, en milieu, en croissance, etc. D’après toi, est-ce que c’est utile pour eux de rejoindre l’université ?
Caroline :
Mais carrément !
Franck Rocca :
Léger rire.
Caroline :
Parce qu’on ne se rend pas compte. En fait, on utilise Facebook, comme cela où on met un poste et … Mais en fait, il y a une machine de guerre derrière. Enfin, de guerre, ce n’est peut-être pas le mot parce que ce n’est pas joli. Mais il y a … C’est pensé, c’est structuré. Moi, j’hallucine, en fait de l’intelligence qu’il y a derrière cet outil. Il est vachement critiqué, et en même temps, il peut être au service de quelque chose d’immense et libérer pleins de gens qui sont « dans la prise », pas il est temps d’être libre et pouvoir mettre en place ce qu’on a envie de montrer. Cela va être dépendant d’un système qui est en train de s’écrouler, quoi. Donc, enfin, pour moi, c’est … Facebook, c’est magique pour cela. Cela peut faire plein de graines magnifiques en fait. Et le monde a besoin réellement de ces graines magnifiques aujourd’hui. Voilà ! Et c’est un monde. Moi, je ne sais pas. C’est le monde de l’entreprenariat ou du marketing. Il n’y a que des gens qui ont la pêche, la patate, qui mettent des choses en place.
Cela donne vraiment un élan quoi. C’est … cela fait du bien.
Franck Rocca :
Waouh, je vais un peu vous lever là parce que c’est vraiment des super paroles, etc. Tu as vraiment tout dit. C’est cela, c’est voilà et c’est de sortir du métro, boulot, dodo. C’est arrêter de voir toujours le négatif parce que, vous copiez, vous entendez des gens qui ont du négatif. Ils ne savent même pas pourquoi comme la plupart du temps. Et c’est un petit peu, on va dire, quand même la … Notre politique un peu française qui veut un peu cela. C’est-à-dire qu’on n’a que du négatif, du négatif. Donc, on est bourré avec du négatif. Et on n’arrive pas à s’ouvrir.
Et donc, là, voilà, c’est super intéressant et je suis super ravi d’entendre ces phrases-là parce que, voilà, même si maintenant, tu es devenu entrepreneur, il y a quelques mois, tu ne l’étais pas forcément et c’est cela qui, je pense, les entrepreneurs aussi et c’est mon conseil à moi, les qualités d’un entrepreneur, c’est cela, c’est d’être ouvert au monde, d’arrêter d’être dans la négativité.
Et donc, mon conseil du jour là-dessus, c’est : « Arrêtez d’allumer votre e-mmhmm, mmhmm, télévision. Arrêtez, cela ne sert à rien de vouloir regarder pour mettre des replay, pour mettre des bienfaits de business pour mettre des je ne sais quoi ou des films avec vos enfants, votre femme, votre mari. Mais pas pour les infos, il n’y a rien de positif. C’est peut-être moi, mais on est beaucoup quand on se retrouve auto entrepreneur. ». On n’a même pas de télé. Moi, j’ai une télé là-bas, c’est … Et quand mes parents viennent ou je ne sais quoi, moi, je ne l’allume jamais. Ce n’est pas possible. Cela ne sert à rien. Bref, cela, c’est un autre débat. Et donc, pour finaliser cela, pour revenir un petit peu sur des conseils, parce que tu as quand même des super belles paroles, je te remercie pour cela. Si tu étais une citation, laquelle serais-tu ?
Caroline :
Alors là, tu es … C’est une sacré question ! Moi, je dirais plus … Alors, cela pourrait être une citation célèbre. Non, mais plus tu plantes tes racines au fond de la terre et bien enfouies et plus tu vas perdre les bons fruits. Voilà ! Donc, c’est vraiment l’alliance de cette … de rentrer au cœur de ce qui te fais vibrer dans le ventre, hein, de planter tes racines, dans ta terre en fait. Et ensuite, de la terre émergée vers le soleil. Donc, c’est très symbolique, mais enfin, je suis en train de l’inventer là, pendant que je parle.
Franck Rocca :
Oui, alors, c’est le métier. Ce qui est super marrant, puisque là, cela fait deux, trois questions. Donc, je te vois donc, comme je vous l’ai dit qu’on n’a pas du tout préparé mais vraiment, sincèrement, et là, celle-ci encore moins. Et en fait, … Alors moi, je ne sais pas si c’est ma citation, mais en tout cas puisque je ne la prenais peut-être pas comme tel, mais c’est une phrase que je dois dire au moins, deux à trois fois par jour. Et que mon … Je pense que c’est mon père qui me l’a enseigné en fait, parce qu’il n’a pas forcément été entrepreneur, mais Chef d’entreprise toute sa vie. « Fils, il faut que tu sèmes pour récolter ! »
Et en fait, c’est exactement ce que tu viens de dire avec des mots beaucoup plus sages, beaucoup plus féminins et un peu plus longs. Mais c’est exactement, la même chose. Donc, cela me fait halluciner parce que, il y a trois jours, on ne se connaissait pas. Là, on échange, autour d’une interview d’entreprenariat, etc., et en fait, on est déjà en phase, comme tu viens de le dire, il faut rester humain, etc. Et en fait, il y a déjà deux trois choses, qui sont identiques en fait. Donc, on se retrouve. Donc, c’est cela aussi qui est assez énorme dans ce milieu-là. Parce que en fait, sans le savoir, rapidement, il va y avoir ce feeling dont j’aime bien parler qui voilà, en l’espace de quelques minutes, cela pourrait peut-être allez, 20 minutes. , du coup, bon, on voit qu’on est aligné. Enfin, c’est assez et cela, c’est, donc, cela me … C’est assez fou. Ok ! Donc, merci pour cela et la dernière chose, le dernier élément, pour ne pas prendre trop de temps pour nos auditeurs : « Est-ce que tu as un tips, ton conseil en or, ce que tu utilises, toi, tous les jours, toutes les semaines pour gagner du temps. Parce qu’on sait que la grosse problématique d’un entrepreneur, c’est le temps. Les journées sont trop courtes. On a trop d’idées à la seconde. On veut tout faire. On n’arrive pas trop à s’entraider. Donc, déjà, est-ce que tu aurais cela, ton tips, pour gagner du temps ?
Caroline :
Oui, moi en fait, ce que je fais, c’est que, j’espère que tu l’as peut-être entendu avec la façon dont je parle. Mais je … Quoi que je fasse, je structure tout autour d’une symbolique. Je prends un symbole qui parle parce que le symbole parle à un niveau inconscient et de façon, très simple, il dit les choses essentielles. Donc, je me sers vraiment d’un symbole, moi, … Et on a tous des symboles clés. Moi, pour le coup, c’est l’arbre. , et l’arbre, bon, voilà, il a pleins de symboliques, il a une graine, il a le soleil, il a les quatre éléments. Et, voilà, les éléments : c’est la terre, il faut de la terre, c’est du corps. Il faut de l’eau, ce sont les émotions, il faut de l’air, c’est de la pensée, et il faut du feu, c’est du spirituel, et c’est quelque chose qui transcende, voilà !
Et donc, moi, tant que je n’ai pas ces quatre éléments, qui nourrissent mon arbre, je suis toute sage. Et, voilà ! Il faut que ce soit complet, qu’il n’y ait pas un élément en plus de l’autre, que je n’ai pas trop d’eau. C’est-à-dire que si j’ai trop d’émotions, mais je n’ai pas de spirituel qui me remonte vraiment vers le haut, je vais être pommée. Voilà ! Donc, je structure tout autour du symbolique, moi. C’est comme cela que je marche peut-être. Donc, je ne sais pas si c’est un bon conseil, mais c’est le mien, en tout cas.
Franck Rocca :
Non, mais en tout cas, c’est super intéressant là tout de suite, l’image, tu symbolises et là, en plus tes … tes quatre exemples et tes quatre axes enfin, ils ont … Pour moi, ils coulent de source et ils sont censés, ils ont du sens. Donc, oui, c’est un très bon exemple, les images de la symbolique, je ne l’avais pas vu cela comme cela : l’air, c’est la pensée, le feu, c’est la spiritualité. Enfin, franchement, très bien ! Bravo ! Écoute, je te remercie en tout cas, pour ton temps que tu nous as accordé. J’espère … Vous qui nous écoutez, cela vous a apporté énormément de choses que, vous voyez qu’on peut le démarrer ; alors, je ne vais pas dire de rien. Ce n’est pas pour te dénigrer.
Mais oui, elle n’était pas du tout de ce milieu-là, elle a eu, voilà, comme je l’imagine, 99% d’entre nous, et, un problème plusieurs problèmes, une série de problèmes dans sa vie. Et justement, elle n’a pas … Et ce n’est pas éteint. C’est pour faire l’allusion au feu. Et elle a et, elle s’est retournée et aujourd’hui, quelques mois plus tard, elle est déjà best seller, sur Amazone, pratiquement. Elle fait déjà du chiffre d’affaires. Elle s’est mise toute seule en marketing. Là, elle a rejoint l’université parce qu’elle sait qu’elle a envie de sortie du métro boulot, dodo. Et que justement, là, Facebook, a vraiment augmenté, son retour sur investissement a augmenté son chiffre d’affaires bon, a généré un salaire récurent mensuel et surtout on va dire avec une vision à long terme. Donc, j’espère en tout cas que cela vous a inspiré. Si jamais, vous voulez nous rejoindre en université pour être avec toute l’énergie que Caroline a avec nous, aujourd’hui, rejoignez-nous là, en cliquant au-dessus de ma tête. Je vous offre … En ce moment, il y a une offre promotionnelle. Donc, allez-y, profitez-en ! Et je tenais à remercier encore une fois, Caroline et je te dis : à tout de suite, dans le groupe ou à lundi soir, pour notre webinaire hebdomadaire !
Caroline :
Merci.
Franck Rocca :
Merci, tchao, tchao !
Caroline :
J’espère.