Découvrez dans ce nouvel épisode, non pas UN mais 3 conseils en OR de notre part pour vous aider à gagner du temps et de l’argent dans la création de vos campagnes Facebook. Vous en voulez encore ? Alors rejoignez-moi pour un Webinaire inédit avec le CEO d’Agora Pulse, Emeric Ernoult où nous vous dévoilerons les 6 clés INCONTOURNABLES pour réussir sur Facebook.

Vous souhaitez Plus de Ventes ?
Vous voulez Automatiser Vos Ventes ?
Vous voulez doubler votre Chiffre d’Affaires ?

Alors Cliquez ci-dessous pour découvrir en avant-première mes meilleurs conseils pour Booster votre business.

Découvrez quotidiennement des citations et réflexions inspirantes pour vous motiver et vous aider à sortir de votre zone de confort.
Suivez-moi sur Instagram : https://www.instagram.com/franck_rocca/

 

Retranscription de la vidéo :

Hello et bienvenue pour ce nouvel épisode de votre émission quotidienne : trafic illimité pour booster vos ventes et augmenter votre retour sur investissement avec tous mes conseils de prévision marketing et webmarketing. Alors, je vous en ai parlé, hier : c’est tout frais, c’est tout chaud.
Aujourd’hui, j’ai l’honneur de recevoir Emeric Hernoux qui est le fondateur de l’application AGORA PULSE. J’en ai déjà parlé. J’ai déjà fait des copies d’écran comment ça se passait, comment ça fonctionnait. Et surtout l’intérêt que vous avez du système d’application. Mais aujourd’hui, ce n’est pas forcément pour parler de cette application, c’est surtout pour vous donner son conseil et même ses conseils en or, mon conseil en or, pour vous aider à développer encore plus facilement votre business grâce à Facebook. Alors, juste avant de rentrer dans le vif du sujet : bonjour à toi et merci de m’accueillir Emeric.
Emeric :
Bonjour, merci à toi de m’accueillir et bonjour à tous.
Franck Rocca
Donc, voilà et comme je vous le disais, on ne va pas perdre de temps. On sait très bien que c’est en moins de 10 minutes : on peut vous aider à booster vos ventes. Donc, on va écouter Emeric directement qui va vous donner son premier conseil en or. Alors, écoutez-le. Parce que si vous ne l’avez pas suivi un petit peu la tagline de notre webinaire de jeudi, c’est comment il a réussi en fait, à développer sa société, sa startup. De simple startup en success story en l’espace de quelques années à passer de 0 à 100 000 € de revenus récurrents mensuels au sein de sa société. On l’écoute.

Emeric :
Alors, on y va, on va faire le choix du Conseil en or parce qu’on a plein des conseils en or à donner jeudi, dans notre webinaire qui lui, à 45 minutes. Donc, là, il a voulu en concentrer deux pour moi et un pour toi en moins de 10. Le premier qui m’est venu à l’esprit, c’est ce week-end parce que j’ai vu passer la pub dans mes… on va dire concurrents. On a été concurrents pendant un temps, mais beaucoup moins maintenant. Et c’est une startup française qui vend des jeux concours sur Facebook. Et j’évoque assez sa pub dans le fil de mon map Facebook sur le mobile. Et je vous la montre, c’est une pub Carroussel, on appelle ça. C’est-à-dire qu’on peut créer plusieurs éléments visuels et descriptions qui vont faire le lien. D’ailleurs, différentes URL ou on va dire différent cas, si on veut. Donc, là, c’est relativement bien employé parce qu’ils ont créé un visuel Carroussel par typologie d’application. Donc, il y en a un pour le test de personnalité, je dirai pour le quizz, donc, c’est de base, quand je vois passer, je trouve ça intelligent. Et je me dis en le voyant : ah, ce n’est pas mal. Je m’attends à voir en cliquant sur le test de personnalité ou le quizz, je m’attends à arriver sur une page de vente, sur une page d’atterrissage, anglais, où on va me vendre les mérites du quizz ou du test de personnalité avec un petit peu de sex appeal en me donnant un peu envie avec un exemple : les clients, les machins, ou les trucs gagnés, etc. Et il y avait 3 ou 4 différentes applications qui étaient dans ce Caroussel.
Et quand je clique dessus, en fait, j’atterris là-dessus. Et là-dessus, c’est quoi ? C’est une page inscription : nom, prénom, e-mail, le nom de jeune fille, normalement, le nombre d’enfants de la famille ou grand-père. Alors, là, il y a 6, 7 champs là-dedans, waouh, téléphone, la totale, c’est rare comment on téléphone sur une première inscription Internet. Et je suis étonné. Donc, je retourne en arrière. Je vais cliquer sur un autre type de jeu concours et je vais faire un test de personnalité où je clique sur le quizz. Pareil ! Même quand je reviens.
Alors, ça c’est un formulaire d’inscription web, il est un peu optimisé et mobile, dans le sens où il est un peu « responsive », mais il n’est quand même pas optimalement « responsive », ça se voit à l’œil. Et surtout le pire, c’est quand on s’inscrit là-dessus, on a un message qui vous dit : on vient de vous envoyer un mail. Allez voir votre mail pour activer votre compte. Et évidemment ! Ce qu’on active derrière n’est pas mobile parce que l’application n’est pas une application wiz, c’est une application web qui n’est pas utilisable sur un mobile.
Donc, ça, ce sont deux erreurs à la suite qu’il faut éviter.
La première, c’est de diffuser des adds sur Facebook, qui amène directement, vers ne page d’inscription avec un champ : « nom, prénom, e-mail, etc. ». Puisque la personne qui a vu votre publicité, donc, à 99% des cas et il ne sait pas encore exactement qui vous êtes. Si vous voulez directement l’amener vers une page d’inscription ou pire, une page de paiement sans l’avoir un petit peu chauffé avec des choses qui donnent envie, c’est sûr que la publicité va avoir 0 impact et un résultat absolument épouvantable. Ça, c’est la première chose.
Et la deuxième chose, c’est une double erreur qui a été faite là. Enfin, une triple parce que quand on fait une aide carrousel avec différents produits, ce qui est un des avantages que le format carrousel permet de faire. C’est-à-dire que je vais mettre un pour les chaussures, un pour les sous-vêtements, un, pour les tee-shirts. Et en fonction, les gens qui sont intéressés par les tee-shirts, et on revient sur les tee-shirts et non, sur les chaussures. Et pourtant, je n’ai utilisé qu’une pub. Ça m’a permis d’augmenter le potentiel de cris qu’on peut avoir sur cette publicité. Quand vous faites ça, on voit liées ici, groupées les pages spécifiques des différents produits et pas une page unique parce que c’est un petit peu déceptif, voire beaucoup.
Et la troisième erreur, c’est : ne visez pas, ne ciblez pas le mobile si ce qui se trouve derrière, n’est pas optimisé pour le mobile. Quand je dis : optimisé pour le mobile, si c’est un contenu, il faut évidemment, qu’il soit très bien lisible sur un téléphone mobile ou une tablette. Plutôt, un téléphone parce que c’est la majorité d’usage.
Et si c’est une application, il faut que ce soit la version mobile de l’application, mais pas une application web qui fait que quand on va arriver dessus, si on crée un compte, on va avoir un truc qui est inutilisable ça n’a pas été fait pour être utilisé sur le mobile.
Alors, je ne vais pas leur jeter la pierre parce que l’erreur de cyber mobile, de laisser le mobile comme destination de la publicité. Ils ont oublié de l’enlever, je l’ai faite il y a fort longtemps. Et je vois beaucoup de gens la faire parce qu’ils oublient de décocher leurs champs. Ça, il faut faire très attention. Si votre truc n’est pas optimisé pour les mobiles, ciblez le news fine sur le web ou la colonne de droite, sur le web. Et éliminez le mobile de vos ce n’est pas grave d’ailleurs. Voilà !
Voilà ça, c’est le premier conseil !
Franck Rocca
Alors, c’est super intéressant. Justement, moi, je rajouterai juste une petite chose. Je crois que c’est dans une conférence que j’ai, il y a un ou deux ans avec deux connects où justement, en fait cet exemple-là, de ne pas cibler le mobile si on n’a rien à faire. En gros, c’était mon conseil : c’était comment diminuer par deux, votre coût d’investissement sur Facebook. Et en fait, c’était ce conseil-là ! C’est-à-dire : si vous n’avez pas un site responsive, décrochez l’option mobile et vous allez pouvoir avoir une pénétration beaucoup plus grande. Mais surtout, ne payez que pour les personnes qui pourront vous laisser, en fait « convertir » par rapport à l’objectif que vous vous êtes fixé. Donc, ça, voilà, c’est juste pour finaliser ton exemple qui est très concret.
Emeric :
Et c’est quelque chose que beaucoup de gens oublient. Même des gens qui sont comme ici, managers, j’en ai pas mal parmi nos clients, qui faisaient les pubs pour un lien qui n’était pas optimisé. Oui, voyez, il ne fonctionnait pas sur le mobile et qui avait oublié de cocher l’option et qui m’a appelé: « Je ne comprends pas, j’ai fait une campagne de pub pour promouvoir tel et tel truc électronique. C’est épouvantable et les résultats horribles. Tu m’avais dit que ça marcherait bien ».
Et je dis : « Est-ce qu’on peut passer deux trois minutes à regarder ton compte ? » On avait regardé le compte et pour être sûr que j’ai regardé c’est quel était le ciblage. Quand je voyais le mobile et … En plus, le pire, c’est que comme il y a énormément de gens sur le mobile, Facebook a tendance à diffuser beaucoup sur le mobile si le mobile a été choisi comme destination.
Et quand je dis : beaucoup, c’est parfois 80-20. Et donc, c’est de moins en moins de gens sur la version web et de plus en plus de gens sur la version mobile à checker les nouvelles de leurs amis sur la marque Facebook. Et donc, il va y avoir énormément de diffusions si vous voulez, avec un résultat totalement nul. Donc, ça va amputer le ROI de la campagne de manière absolument dramatique. Donc, ça, c’était une première.
Alors, le deuxième : alors, c’est une pub que je viens de voir passer pour répondre différent. C’est aussi un carrousel. Alors eux, pour le coup, ils ont bien fait leur carrousel. Ce sont des pubs pour des séjours de keitzer. Alors Frank et moi, nous ne vous cacherons pas que nous sommes deux grands fans de keitzer. Par exemple, ça a attiré, mon regard.
Et là, on en voit un au Maroc, le deuxième, à l’île Maurice et quand on clique sur chacun de ces éléments de carrousel, on arrive bien sur la ligne pêche qui fait la promotion du séjour au Maroc. Et l’autre, la ligne pêche qui est la promotion du séjour à l’île Maurice. Mais le problème sur celle-là, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui font des commentaires. Je n’ai pas compté, mais il y en a plusieurs dizaines. Et là, il y a un premier commentaire qui dit : « Ah, c’est horriblement cher ! ». J’espère que vous arrivez à me dire : « C’est trop cher. J’espère qu’ils donnent une cuite, et qu’ils donnent une cuite à ce prix-là et pas de réponses à ce commentaire. Par exemple, j’en ai un autre de Fabien et à Dominique Floppe qui a ajouté une réponse qui dit : « Ho, je les ais contactés, ils ne sont jamais revenus vers moi ! » Et la réponse au commentaire n’est pas une réponse de la page qui a fait la pub mais c’est une réponse d’un autre utilisateur qui, je vais l’ouvrir pour vous, leur dit : « C’est marrant pas de nouvelles, moi non plus. Comme quoi, etc. Et les commentaires comme ça, il y en a un certain nombre. Et la page, puisque quand on fait une publicité dans le film, c’est bien toujours d’une page, donc la marque est derrière cette page-là, je n’avais répondu à aucun des commentaires qui ont été mis sur cette publicité.
Alors, ce qu’il faut vraiment, garder à l’esprit, c’est quand on fait une publicité dans le news ide, pas sur la colonne de droite, mais à l’intérieur du fil qui sont des publicités … Des formats publicitaires qui marchent très, très bien, sur Facebook, on va avoir des partages, des links et des commentaires.
Alors des partages et des links ; ce n’est pas très grave, un partage, tant mieux, les gens qui vont voir la publicité vont la partager avec leurs amis, ça nous fait de la visibilité graphique. Des links, tant mieux, les gens qui vont voir la publicité vont voir que pleins de gens l’aiment et ça va donner du positif. Il y a pas … Il y a rien à faire pour nous, ce n’est que du bénéf.
Par contre, les commentaires, en général, il y a à faire, c’est-à-dire trois grands types de commentaires sur les publicités Facebook. Les trois ont un impact différent et vont requérir de votre part une action différente. Le premier, c’est du Spam : qu’est-ce qu’on voit comme spam sur les pubs ? Facebook, le mec qui met le lien vers son propre produit vers sa page ou qui met des caractères à taper dans le désordre n’importe comment juste parce que ça m’a soulé de voir la pub, dans son film, ça, ce sont des choses qui arrivent. Ça, c’est le premier.
Et évidemment, ces commentaires-là, il faut s’en débarrasser en les cachant ou en les effaçant le plus vite possible. Parce qu’ils vont impacter négativement, votre publicité dans la mesure où quelqu’un qui peut potentiellement, être intéressé, et qu’il va regarder la publicité, et qu’il va voir cette tonne de spams en-dessous, il va avoir une impression un petit peu de recul ! Forcément, ça donne qu’est-ce que c’est cette pub, ce n’est que du spam, personne ne s’en occupe. Alors, ce n’est pas propre chez nous, c’était un peu ça.
La deuxième typologie de commentaire, c’est la typologie de commentaire des gens qui râlent. Ici, les gens râlent. Typiquement, eux : « Ah, ils ne m’ont jamais contacté … Ils ne m’ont jamais recontacté quand je les ai contactés pour avoir des infos sur le séjour. ». S’il y a pleins de gens qui disent ça, sur la pub : « Et vous, vous êtes potentiellement, intéressé, vous regardez ça ? ». Ok ! Les gens, ils n’ont pas l’air tellement responsive. Apparemment, quand on les contacte direct, ils ne répondent pas, je ne vais pas m’aventurer à aller voir ce séjour de quoi ça retourne au Maroc parce que ça n’a pas l’air très sérieux comme offre. Donc, ça impacte aussi, négativement vos publicités. Et c’est dommage puisque vous dépensez de l’argent pour toucher les gens et les convaincre. Et ce que vous faites en laissant ces commentaires sur les ponts, c’est que vous diminuez leurs capacités de se convertir à votre offre.
Et la troisième typologie de commentaire, ce sont les gens positifs qui ont une question, qui aiment vraiment savoir plus, qui sont intéressés. Et là, c’est encore pire parce que ce sont des clients potentiels. Ils viennent vous dire : « Je suis client potentiel : bonjour, j’aimerais acheter votre truc ! Mais je voudrais savoir si le séjour est disponible en avril » et si vous n’y répondez pas, vous avez perdu un client ! Donc, quel que soit, le cas de figure, laissez des commentaires aux enchères, sur les publicités Facebook, ce n’est pas bon du tout, du tout. Il faut absolument les traiter et y répondre. Alors, il y a beaucoup de gens qui râlent en disant allez ! Qu’il n’y ait pas de commentaires, sur Facebook, ça m’ennuie et ça me prend du temps. Certes, c’est un peu comme ça que ça fonctionne et c’est un problème qui marche très bien. Donc, il va falloir vivre avec et il y a des solutions pour ça. Il y a une notification Facebook, qui fonctionne un peu très bien si vous n’avez pas trop de publicités, après il y a d’autres solutions, entendons par là le webinaire de jeudi.
Franck Rocca
Donc, super, merci, ce sont vraiment deux super conseils. Donc, je ne sais pas ce que vous en avez pensé, mais en tout cas, moi, comme vous le savez, qui suis dans le Pluriel editor qui fait des publicités tous les jours, la nuit, tout le temps, ce sont vraiment deux conseils en or. Le premier, voilà : ne pas guetter ou ne pas cibler des personnes si ce n’est pas responsive et surtout, le deuxième, le dernier, ça, c’est vraiment pratiquement … J’oblige mes clients à même, ne serait-ce que former une secrétaire ou une assistante à gérer les commentaires parce qu’on ne peut pas avoir une publicité de performance, si on laisse justement, ce genre de commentaires, pourrir. « Pourrir » parce que c’est vraiment le terme : « Pourrir le flux » puisqu’on sait très bien qu’aujourd’hui, les réseaux sociaux sont égaux aux bouches et oreilles de l’époque. Vous n’allez jamais au cinéma voir un film par vous-mêmes, c’est parce qu’un ami à vous, vous a dit qu’il était bien ou je ne sais quoi ! Là, c’est un peu la même chose.
Si dans le flux, il y a des amis à eux qui ont commenté : « C’est pourri ! » et ils n’ont pas répondu. Forcément, vous n’avez pas envie de faire une action sur cette publicité, donc, d’acheter un produit ou un service. Donc, merci à toi. Et moi, je vais enchainer. Ça rejoint un petit peu, cette thématique. Donc, voilà, quand on a l’habitude de faire des pubs, on a à peu près, les mêmes secrets, on va dire. Et donc, là, celui-ci, c’est … On va dire que ça fait peut être, deux trois mois qu’il existe. C’est que maintenant, quand vous êtes administrateur d’une page Facebook, vous avez la possibilité de répondre en commentaire, comme il vient de vous le dire. Mais également, de répondre en message privé.
Et ça, c’est très, très puissant. Puisque des fois, vous pouvez très bien, répondre aux commentaires, mais peut-être que la question demande une réponse plus précise. Ou avec, on va dire des codes de confidentialités si c’est pour une demande de devis ou si c’est pour quelque chose de … Je ne sais pas, quelque chose de spécifique. Ou même si vous voulez, essayer de transformer cette personne en client.
Et je vais vous prendre l’exemple concret. Donc, vous savez que j’ai lancé la première université Facebook, pour retrouver le lien en bas de la vidéo. Il y a 10 jours, c’était un dimanche, il y a justement quelqu’un qui tombe via mes émissions, etc. sur cette page de l’université. Mais il avait des questions pour savoir exactement comment ça se passait, etc. Il a envoyé un message, donc, un commentaire sur la publicité. Je lui ai répondu dans un premier temps par commentaire. Et comme il a ré-enchéri, je l’ai engagé, dans un message privé. Donc, via la page et lui, ça arrive directement sur son Messenger ou même sur son application mobile de Facebook. Et là, deux heures plus tard, qu’est-ce qu’il faisait ? Il devenait étudiant à l’université. Donc, il s’abonnait pour un an à l’université, pour augmenter son business grâce à tous mes conseils, une fois, par semaine.
Donc, j’ai transformé quelqu’un qui a simplement posé une question sur un commentaire. Et puis là, on vient de vous dire déjà que c’est important de répondre au négatif. Là, c’était un positif. Mais il avait besoin de plus. Et du coup, je l’ai transformé en client en quelques minutes via avoir répondu de mon téléphone. C’était dimanche, je n’étais pas au boulot. J’ai pu répondre comme ça et transformer certaines personnes.
Donc, voilà, c’est un peu la conclusion des conseils d’Emeric et notamment, le deuxième de comment gérer ses commentaires. Donc, vous verrez justement, jeudi, ça fait partie d’une des cycliques qu’on vous a préparées pour ce webinaire vraiment inédit et exceptionnel.
Donc, si je résumais :
Secret numéro un d’Emeric, c’est de ne cibler que les placements donc, devices : ordinateurs, téléphones, etc. en fonction de votre page de destination.
Le deuxième, c’est de bien gérer vos commentaires quels qu’ils soient : négatifs et positifs.
Et le troisième, le mien, c’est de peut-être donner plus de valeurs à votre futur client en lui répondant en message privé qui fait beaucoup moins public et la personne se sent plus importante à vos yeux. Et du coup, peut-être, il y a un engagement qui va être fait justement plus fort. Et là, pour cet exemple précis, ça l’a transformé sur un engagement d’abonnement d’un an.
Donc, voilà, j’espère que tous ces conseils vous auront plu. Je te remercie encore Emeric. Je te souhaite une bonne fin de journée. Je te donne rendez-vous jeudi soir à 18 heures à vous également qui nous regardez. Vraiment soyez là ! Préparez une heure de votre temps. Fermez tout, préparez, bloquez votre agenda, la femme avec les enfants, je ne sais quoi ! IL faut vraiment être concentré parce que ça, c’est vraiment en une heure, vous allez pouvoir faire ce qu’on a en plusieurs années à apprendre, on va tout vous donner en transparence totale, avec des partages d’écrans. Évidemment, soyez, présents, vous avez le lien, l’accès s’affiche
au-dessus de ma tête directement pour passer webinaire et encore une fois, merci Emeric.
Emeric :
Je t’en prie, merci à toi et à Julie, donc.
Franck Rocca
Tchao tchao !